• Photographe : Chloé Sharrock
  • Exposition : LA NUIT TOMBE SUR GAZA
  • Sans Gaza court
  • Il est six heures, la nuit tombe sur la Bande de Gaza. Bientôt, des quartiers entiers se retrouveront tour à tour plongés dans l’obscurité tandis que les familles les plus démunies allumeront quelques bougies ou faibles LEDs afin de s’éclairer. En effet, l’électricité se fait rare dans l’enclave palestinienne, et les habitants subissent des coupures atteignant jusqu’à 20 heures quotidiennes.
  • Véritable guerre silencieuse fluctuant au gré des aléas politiques dont la Bande de Gaza devient l’enjeu, l’électricité est devenue le reflet des tensions externes et internes auxquelles est soumis le petit territoire de 360 Km2. Provenant de trois sources différentes - Israël, Egypte, et une centrale électrique Gazaouie- la denrée est notamment devenue un moyen de pressurisation du Fatah envers sont frère ennemi, le Hamas, contrôlant Gaza depuis sa violente prise de pouvoir en 2007, et est le point de départ d’une suite sans fin de conséquences socio-économiques.
  • Pour le territoire, étiolé par les conflits et les tensions, cette crise d’électricité combinée au blocus externe de longue date est ressentie comme une ultime sanction qui s’abat sur l’ensemble de la population. Alors que la population dépendant grande majorité d’aides extérieures, avec notamment 80% des habitants sous le seuil de pauvreté et plus de la moitié en insécurité alimentaire, la décision des États-Unis en Septembre 2018 de suspendre son aide à l’UNRWA (l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens) tombe comme un couperet alors que la situation atteint un point de non-retour.
  • Une aide financière mensuelle du Qatar pour les factures d’électricité du territoire permettait pourtant ces derniers mois l’obtention de 8 heures de courant, mais Doha a annoncé en Mars 2019 stopper ces paiements à partir d’Avril 2019, une nouvelle régression de la situation du territoire qui tombera de nouveau à seulement 4 heures de courant quotidien.
  • Si ce documentaire met en lumière la résilience des habitants, malgré tout, une année de protestations meurtrières depuis Mai 2018 marque cependant un point de rupture pour l’enclave palestinienne. Face à des conflits pléthoriques et une décennie de siège, le territoire menace de s’effondrer sous le poids d’une crise humanitaire sans précédent et semble condamné dans une de ses plus sombres années depuis le conflit de 2014.
 
  • Née en 1992 à Chamonix, Chloé est très jeune baignée dans un environnement artistique, où l'image se place comme medium privilégié pour exprimer ses émotions et ses ressentis. C'est donc naturellement qu’elle se tourne, dans un premier temps, vers des études d'Histoire de l'art à l'Université Lumière à Lyon dans lesquelles elle se spécialise sur les courants picturaux du XIVe au XIXe siècle. Grandement influencée dans son travail par cette esthétique dans laquelle les oeuvres de Carravage, Ary Scheffer ou encore Delacroix sont omniprésentes, elle apporte une attention toute particulière à la lumière et la composition.
 
  • Par la suite, elle entreprend des études de Cinéma à l'Université Paris VIII à Paris spécialisée en réalisation de documentaire et de cinéma expérimental. Prenant sa source dans l'aspect documentaire de ses études, très vite une envie de témoigner du réel s'impose à elle.
 
  • En 2016, elle décide que son média sera la photographie, et ce dans une dimension résolument journalistique. Un premier voyage au Liban en Décembre 2016 lui ouvre les yeux sur le Moyen-Orient. Quelques mois plus tard, elle crée l’association « Alhawiat, » qui promeut le rôle des femmes dans la reconstruction des sociétés éclatées par les conflits, et entame un large projet photographique au pays du Cèdre auprès des femmes Libanaises, Syriennes et Palestiniennes.
  • Après un passage parmi le collectif Hans Lucas puis l'agence CIRIC, Chloé rejoint l’agence Le Pictorium en avril 2018 afin de donner plus de visibilité à son travail, et poursuit son travail au Moyen-Orient.
 
  • https://www.sharrockchloe.com/gaza-night

Project Details